Cruzando los limites, de Maria Martinez

martinez-marie-cruzando-los-limites

Chronique d’une petite romance… C’est un livre sans prise de tête, qu’on lit pour les bons sentiments, pour la jolie histoire d’amour. En premier lieu, laissez-moi vous parler des personnages.

Savannah est fort sympathique. Naïve et innocente, et qui pourtant refuse de s’en laisser conter, elle est bien décidée à ignorer la pression populaire : non, elle ne se remettra pas avec Brian. Oui, Brian le si parfait, le si charmeur, le beau, riche et athlétique champion de l’école. Même si celui-ci avait des plans, même s’il la voit comme la seule femme pouvant vivre à ses côtés. Brian apparaît comme un bon petit macho, qui a bien du mal à entendre un « non », et encore plus à l’accepter.

Caleb… Mon Dieu, Caleb rejoint le grand Panthéon de tous les hommes capables de faire chavirer le cœur du club des Lectrices Midinettes. Malgré tous les défauts dont l’affuble l’auteur, Maria Martinez, c’est l’homme idéal. Tendre, attentionné, amoureux, protecteur… S’il n’était pas fait de papier, je le prendrais volontiers pour moi…

Ajoutez à ces personnages principaux un univers basé sur les différences de milieux sociaux, très habilement détaillé, et vous aurez la somme de ce qui m’a fait dévorer ce livre. J’ai beaucoup aimé cette histoire d’amour rendue impossible par l’origine de ses héros. Caleb est le méchant de banlieue, Savannah la petite riche du quartier huppé. Les parents et amis de l’un comme de l’autre refusent de se parler, refusent même d’admettre qu’il puisse exister quelque chose reliant les deux amoureux. J’ai trouvé que la pression de l’entourage était fort bien décrite, retranscrivant bien la situation impossible de Savannah. Celle-ci doit lutter contre des préjugés tenaces ; les siens propres, mais aussi ceux de Caleb qui n’envisage pas qu’une jeune bien née comme elle puisse le considérer comme un égal.

C’est cette question sociale qui distingue cette romance de toutes les autres plus ou moins similaires – au premier rang desquelles Beautiful Disaster.

En bref : une bonne petite romance bien sympathique, addictive, aux personnages mortellement attachants.

Publicités

4 réflexions sur “Cruzando los limites, de Maria Martinez

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s