Les Salauds Gentilshommes, par Scott Lynch

Lynch Scott Les Salauds Gentilshommes 1

Camorr est une ville dangereuse, régie par les troupes de malfrats qui l’arpentent. C’est une ville de canaux nauséabonds, où les épidémies et les orphelins abondent. Locke est l’un de ces orphelins, à vivre de petite rapines en essayant de ne pas trop être battu. Pourtant, l’ingéniosité de ses plans et la précision de leur exécution attire vite l’attention sur lui. Le voilà promis à un rude apprentissage pour devenir un voleur de haut vol. Un Salaud Gentilhomme.

C’est la vulgarité ambiante qui frappe d’abord. Des phrases hachées d’interjections et d’onomatopées, débordantes de jurons et de menaces. Assez inconfortable à lire. Mais bien vite, on est happé par le rude monde de Camorr, où seuls les plus résistants et impitoyables survivent. Toute cette histoire n’est pas sans rappeler Six of Crows, mais dans un livre d’adulte plutôt que de young adult. Plus de place est accordée à l’atmosphère qu’à la simple description du décor proprement dit.

Dans ce cadre, le petit Locke devient rapidement fascinant à suivre. Il a toujours plusieurs coups d’avance sur tous ceux qui l’entourent – et sur le lecteur aussi. J’ai été surprise à de nombreuses reprises par le caractère retors de ses plans. Et j’ai pouffé de joie sans compassion aucune, lorsque j’ai vu quelle mauvaise foi, quel culot incroyable Locke pouvait montrer dans la réalisation de ses escroqueries.

En somme, ce livre est un peu un Ocean’s 11 à la sauce fantastico-amsterdamienne, avec une touche de steampunk. Toutes ces arnaques de haut vol sont passionnantes à suivre, avec des mensonges qui s’entrecroisent jusqu’à former un écheveau impénétrable.

Les personnages secondaires ont le mérite d’exister, mais j’avoue n’avoir pas grand chose d’autre à dire sur leur compte. En revanche j’ai assez aimé l’ingéniosité du méchant et les pouvoirs magiques de son sbire, qui ont piqué ma curiosité.

Toutefois dans l’ensemble, je reste sur ma faim. Je reconnais de nombreuses qualités au livre, mais pas celle d’avoir su me transporter dans un autre monde. Ma lecture a été hachée, au rythme des passages à suspense, et je ne débordais pas d’envie de lire la suite lorsque je faisais une pause. A voir si cette carence trouvera un remède dans le tome suivant, que je lirai peut-être un jour.

En bref : un livre empli de qualités – principalement le personnage principal, l’atmosphère et l’intrigue. Mais un manque de souffle, de conduite dans l’intrigue qui m’a un peu déçue.

Publicités