L’Art poétique, de Boileau

Boileau Despreau Nicolas Le Lutrin L'Art Poétique

Anthologie rassemblant deux œuvres de Nicolas Boileau Despréaux. L’Art poétique est certainement la plus connue : encore aujourd’hui, tous les jeunes collégiens en apprennent quelques vers incontournables. On entend moins parler du Lutrin, qui rentre dans la catégorie du « délire artistique » : une création qui résulte bêtement et simplement d’un pari, fait au cours d’une soirée qu’on imagine bien alcoolisée…

C’est donc avec cette folie littéraire que commence le recueil. Des alexandrins doctement composés, s’enchainant fluidement et avec grâce pour parler d’un sujet pour le moins étrange : le placement d’un lutrin au sein d’une église.

Pour les non-musiciens parmi vous, je préciserai qu’un lutrin est l’ustensile permettant aux musiciens de poser leur partition lorsqu’ils jouent [1], aussi appelé pupitre.

Bref, ce placement doit constituer une question primordiale, puisqu’elle est à la source d’un conflit de proportions épiques entre le prélat et le chantre d’une petite église. Sur un ton décalé, Boileau expose la dispute et décrit l’intervention des dieux – la Discorde, la Justice ou encore la Molesse, déesse favorite des hommes d’Eglise. C’est très amusant et assez rapide à lire, mais je l’avoue : ça ne casse pas trois pattes à un canard.

L’Art poétique est tout autre chose. C’est l’exposition des théories de Boileau sur la création artistique en général, et littéraire en particulier. Toujours en vers bien évidemment, ce qui rend l’ensemble très impressionnant. Le poète réussit à plier et tordre la langue pour exprimer avec précision chacune de ses idées. Je ne sais pas si vous avez essayé un jour d’écrire des alexandrins, mais moi oui. J’avais du mal à en faire boiter trois à la suite, alors faire marcher au pas des vers harmonieux… aussi harmonieux que ceux de Boileau… Je lui tire mon chapeau, à plusieurs siècles de distance.

En ce qui concerne le contenu, si je me suis retrouvée dans nombre de ses conseils, d’autres m’ont en revanche déplu. Son approche rigoriste de la réalité, des règles applicables à la création m’a paru singulièrement sclérosante. On peut y retrouver les travers du courant des Anciens, lors de la querelle qui les opposa aux Modernes au XVIIe siècle.

En bref : une lecture agréable et impressionnante pour la qualité régulière de ses vers. Les conseils sur la création littéraire que dispense Boileau poussent à une intéressante réflexion.

Et pour votre plus grand plaisir, florilège de citations recueillies de ma blanche main…

Lire la suite « L’Art poétique, de Boileau »

Publicités