Chroniques du Monde Émergé, tome 3

Troisi Licia Chroniques du monde émergé 3

Grâce à son armée de fantômes, le Tyran est près de remporter la guerre contre les Terres libres. Seule Nihal peut encore l’arrêter.

Si elle parvient à réunir les huit pierres d’un mystérieux talisman, dispersées dans les huit Terres du Monde Émergé, Nihal pourra une journée durant invoquer les Esprits de la nature et contrer la magie du Tyran.

Escortée par Sennar, la demi-elfe se lance dans cette mission au terme de laquelle elle découvrira enfin le sens caché de son destin.

Impatiente de retrouver ces personnages sympathiques, je me suis jetée sur ce troisième tome avec impatience.

Les personnages étaient bien au rendez-vous, avec toujours plus de doutes, recherchant toujours leur raison d’être. Le monde des Terres Emergées toujours sur le point de sombrer sous le règne du Tyran, la situation empire de page en page…

Oui, mais voilà, tout est beaucoup trop sombre à mon goût… Peu ou pas d’espoir, des personnages qui meurent ou souffrent…

De plus, j’ai trouvé l’action insuffisante, peut être parce que j’ai lu ce roman trop rapidement, d’une seule traite. Réunir les éléments du talisman m’a paru trop facile, chacun des gardiens accepte de livrer sa pierre après une ou deux phrases. Cela aussi était décevant.

En bref, cette conclusion me déçoit principalement parce que je la trouve trop sombre et malgré tout trop facile. Mais je ne déconseille pas la série pour autant ; j’ai passé un très bon moment avec les premiers tomes !

Mon avis sur le livre 1

Mon avis sur le livre 2

Chroniques du Monde Émergé, tome 2

Troisi Licia Chroniques du Monde Émergé 2

Convaincu que le Monde Émergé ne peut plus résister seul aux armées du tyran, Sennar le magicien supplie le Conseil des Mages de le laisser partir à la recherche du Monde Submergé. Là, il pourra obtenir l’aide de ses habitants. Or, ce continent a rompu tout contact avec le Monde Émergé depuis plus d’un siècle. Et Sennar ne dispose pour s’y rendre que d’une ancienne carte à demi effacée par le temps… De son côté Nihal, la jeune guerrière aux cheveux bleus, poursuit son apprentissage de chevalier du dragon. Mais le souvenir de Sennar, qu’elle a blessé au visage lors de leur dernière entrevue, la hante douloureusement…

Après avoir été conquise d’entrée de jeu par le premier tome, j’ai emprunté le second à la bibliothèque dès que l’occasion s’en est présentée… Je voulais retrouver Nihal, continuer de suivre son évolution…

Comme le livre 1, celui-ci m’a immédiatement entraînée dans un tourbillon d’action, pour mon plus grand bonheur. Toutes mes attentes ont été comblées, Nihal était toujours telle que je l’avais laissée.  Ce second tome se montre à la hauteur de tous les espoirs que j’avais fondés sur le premier tome.

Grâce au recul que j’ai pris entre la fin de ma lecture et le moment d’écrire cet article, je peux néanmoins pointer quelques faiblesses du livre (très ténues, bien sûr, en aucun cas à même de gâcher le plaisir de cet excellent roman, selon moi). Ainsi par moment, Sennar m’a quelque peu agacée par sa naïveté et sa foi inébranlable en certaines choses qu’il considère comme inaltérables. Le fait qu’il s’accroche à son souvenir de Nihal, par exemple, m’a un peu désarçonnée. Quant à la trame de l’histoire, elle n’a rien d’exceptionnel : de la magie, un tyran cruel qui doit être renversé pour retrouver la paix. Agrémentez d’une touche d’originalité pour l’invention de quelques races non-humaines, et voilà. Un cocktail sans originalité, mais qui ne manque pas non plus de brillant.  L’atout principal du roman est donc toujours Nihal. J’ai aussi bien aimé Ido, personnage un peu bourru qui est le mentor et le maître de formation de la jeune héroïne.

On ne ressent pas vraiment le côté enfantin, la plupart du temps. Je pense que des adultes peuvent tout à fait se laisser tenter par ce livre, une lecture facile, rapide, et pourtant intéressante.

J’ai donc beaucoup aimé ce tome, autant que le premier, et je n’hésiterai pas à lire le troisième. La fin du livre 2 prend une tournure à laquelle je ne m’attendais pas et qui maintient ma curiosité bien éveillée…

Mon avis sur le premier tome.

Chroniques du Monde Émergé, tome 1

Troisi Licia Chroniques du monde émergé 1

Nihal est une jeune fille très étrange : oreilles pointues, cheveux bleus, yeux violets tout la distingue des autres habitants du Monde émergé. Fille d’un célèbre armurier, elle passe son temps à jouer à la guerre avec une bande de garçons. Mais la nuit, des voix plaintives et des images de mort hantent l’esprit de Nihal. Et lorsque le terrible Tyran envahit La Terre du Vent, elle comprend que ses cauchemars sont devenus réalité. L’heure du véritable combat a sonné. Nihal doit devenir une vraie guerrière et défendre la paix, à tout prix. Ses seuls alliés : Sennar, le jeune magicien, et une infaillible épée de cristal noir.

J’ai abordé ce livre étiqueté « jeunesse » avec une certaine appréhension. Je pensais commencer une lecture distrayante, sans plus, pour me détendre entre la révision de deux textes pour mon oral de français…

Mais là… dès les premières pages, j’ai été happée par l’histoire. J’y ai passé toute l’après-midi non-stop (au lieu de travailler, comme d’habitude) et la dernière page tournée, je me suis dit « génial ! ». Cet envoûtement totalement imprévu, on le doit à l’héroïne, Nihal. Cette jeune guerrière a su me toucher d’emblée, et j’ai ressenti une grande sympathie pour elle tout au long du roman.

Passé ce premier instant, toujours désorientant, où on émerge d’une lecture qui nous a coupés du monde, j’en suis venue à trouver quelques défauts à ce roman, par ailleurs une grande réussite. Ainsi, les sentiments des personnages (surtout ceux de Nihal, qui sont bien sûr les plus développés) m’ont paru un peu trop extrêmes, ce qui les rendait parfois un peu agaçants.

Hormis ce léger défaut, donc, que l’on ne perçoit pas lors de la lecture, j’ai trouvé ce livre très agréable. J’ai hâte de lire la suite des péripéties de Nihal, et je me procurerai le deuxième tome à la première occasion !