Les Loups de Riverdance tome 5, par H.V. Gavriel

Quel plaisir que de se replonger dans cette saga ! J’avais déjà indiqué à quel point les tomes précédents m’avaient fait craquer… Des mâles forts et terriblement sensibles, qui tombent amoureux (comme des mouches) et acceptent d’être assez vulnérables pour vivre la Grande et Belle Histoire d’Amour Jusqu’à-ce-que-la-mort-nous-sépare (cf liens en fin d’article).

Et voici un nouveau couple pour faire succomber mon cœur de midinette : Sean et Cody. Alerte persiflage : décidément, vu la propension des mâles de la meute à l’homosexualité, ils peuvent commencer à s’en faire pour la survie de l’espèce thériantrope (autrement dit métamorphes, suivez-un peu bon sang !)…

Trêve de fine plaisanterie, je ne peux guère critiquer alors que l’histoire est si incroyablement et désespérément mignonne. Surtout entre deux chouchous qui étaient déjà craquer quand ils étaient gosses, et qu’on a vus grandir au cours des tomes précédents. On découvre les adultes que sont devenus Sean et Cody, avec levée de mystères à la clef, et nom d’une gargouille, quel régal c’est !

Surtout que cet aspect guimauve dégoulinante est plus que largement compensé par l’action et la baston. Suspense à gogo, avec explosions, batailles et duels de dominance, sans oublier un ou deux complots d’hégémonie mondiale.

Autre aspect plus que positif : l’évolution du monde et des personnages. C’est le gros avantage d’avoir laissé s’écouler 8 ans entre la fin du tome 4 et le début de celui-ci. La politique surnaturelle a bien évolué, les personnages ont tous pris de la bouteille, et la meute a changé. J’ai frétillé d’aise à la découverte de toutes ces évolutions qui rendent les personnages et le monde tellement réels qu’on jurerait y habiter !

En bref : une fin de saga qui dépote ! Réel tribu à l’ensemble des livres sur la Meute de Riverdance. De l’amooouuuur, de la baston et du mystère, qu’attendez-vous pour foncer ?