Anita Blake 10, Laurell K. Hamilton

hamilton-laurell-k-anita-blake-10

J’avais dit avoir perçu un léger mieux dans le côté sentimental d’Anita Blake lors de ma lecture du tome précédent. Il s’avère que Mme Hamilton ne faisait que reculer pour mieux sauter.

Ici, c’est une débauche de scènes sensuelles, sexuelles et généralement provocatrices, au point d’en être une véritable orgie sexuelle. Pour autant, j’ai trouvé ces passages très ambigus : le consentement d’Anita à ces occasions me semble douteux. Je vous explique : elle est sous l’influence d’une dépendance magique, l’ardeur, qui la force à sauter sur tout ce qui bouge. Elle proteste et refuse jusqu’à ce que l’ardeur devienne trop forte pour qu’elle y résiste. A ce moment-là, elle devient nymphomane et saute effectivement (sur) tout ce qui bouge. La solution de JC ? Bien choisir son entourage. Hé bé oui : si elle va se taper tous les mâles des parages autant bien les choisir !

Bref, c’est un développement dans la droite lignée de la série, et qui permet d’en apprendre un peu plus sur les vampires et leurs pouvoirs spéciaux. Cet approfondissement des créatures fantastiques est le gros bonus du tome ; Mme Hamilton nous donne également de nouveaux détails croustillants sur les métamorphes.

Comme toujours, c’est une lecture rapide, bourrée de violence et de suspense, un livre qui se lit très bien.

En bref : un bon tome, plus intense que le précédent au niveau de l’action, la violence et le sexe. Moins de sentiments, plus de baston. Que demande le peuple ? Pour ma part pas toujours seulement ça, mais avec Anita Blake, j’ai appris à m’en contenter.

C’est lundi, que lisez-vous ? #44

Rendez-vous hebdomadaire initié par One person’s Journey Through a World of Books, repris par Mallou puis Galleane en Français.

Les règles sont très simples ; il s’agit de répondre à trois questions tous les lundis :

  1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
  2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
  3. Que vais-je lire ensuite ?

Mes lectures de la semaine :

Hobb Robin L'Assassin Royal 8

Dévoré à la suite du tome 7, et qu’est-ce que c’est bien! Mon Dieu ce que j’aime Robin Hobb, et cette tête brûlée de Fitz, et le fou, et Umbre, et Kettricken, et même Burrich qui apparaît indirectement! On rentre encore plus dans les détails du Vif, cette magie maudite, avec un complot complexe. Le trône des Loinvoyants est en péril, et qui mieux que le Bâtard au Vif pour contrer les manœuvres des Pie, ces Vifards prêts à tout pour faire payer les persécutions dont ils sont victimes ? En somme, un excellent, excellent tome ; et j’ai grande hâte de poursuivre ma relecture de la saga ! Un article ici.

wright-suzanne-la-meute-du-phenix-4

Comme pour contre-balancer, j’ai lu ça. Et c’est triste à dire, mais même en levant beaucoup les yeux au ciel, même en trouvant cela cliché, même en réprouvant l’image de la femme présentée dans cette série, j’ai dévoré ce tome. Beaucoup de clichés, un grand mâle dominateur avec un cœur de sucre. Mais je prends la ferme résolution d’arrêter de lire cette saga. C’est vraiment trop mauvais (dit la fille qui ne va pas pouvoir résister et qui, la prochaine fois qu’elle flânera à la bibli, cèdera honteusement à l’impulsion d’emprunter et dévorer le tome 5). Mon avis détaillé.

hamilton-laurell-k-anita-blake-11

J’ai bien aimé, un bon Anita Blake! C’était distrayant, à tel point que j’ai directement enchainé avec le suivant. Là ce n’est plus seulement un virage vers l’orgie sexuelle, on tombe carrément dedans. Mais bon, je m’y suis faite, et pour être honnête je suis curieuse de voir quels nouveaux sommets Anita va pouvoir atteindre…

Mes lectures en cours :

stendhal-la-chartreuse-de-parme

Commencé à défaut de pouvoir continuer Le Roman de monsieur de Molière, dont le début m’a beaucoup plu, mais qui a été l’objet d’une « soustraction frauduleuse de la chose d’autrui » (article 311-1 du Code Pénal) – temporaire je l’espère… Bon honnêtement pour l’instant je ne suis pas trop fan; j’avais oublié à quoi ressemblait le style de Stendhal, et pour l’instant je le trouve un peu contourné. Enfin on verra si le personnage principal parvient à s’attirer mes faveurs…

hamilton-laurell-k-anita-blake-12

Du sexe du sexe et encore du sexe. Plus de sexe que de sang, même, c’est le ratio de la série semble bel et bien définitivement inversé. Non pas que je m’en plaigne: Anita a une vie amoureuse et sexuelle bien plus complexe et riche que n’importe quelle romance (la plupart d’entre elles étant basée sur une relation exclusivement monogame). Je suis toujours surprise de ce qu’elle et ses amants réussissent à inventer…

Lectures en pause :

Mes lectures à venir :

Challenge Anita Blake au menu, comme toutes les semaines, et poursuite de ma relecture de L’Assassin Royal. Mais aussi le premier tome (ou pas ? J’ai vraiment du mal à savoir par quel bout prendre cette saga) de La Romance de Ténébreuse, de Marion Zimmer Bradley.

L’Assassin Royal, tomes 7 & 8

hobb-robin-the-tawny-man-1

Deuxième époque de l’assassin Royal. Fitz, vieilli avant l’heure, coule des jours paisibles dans une petite chaumine perdue et isolée. Ses démons le laissent tranquille la plupart du temps, assez pour qu’il s’estime content de son existence. Pourtant une part de lui-même reste insatisfaite, dans l’expectative. Le besoin d’artiser le tenaille régulièrement, et les aperçus de la situation politique du royaume le soucient. Lorsque les Loinvoyant l’appellent à la rescousse pour sauver l’héritier du trône, son sang ne fait qu’un tour et il se précipite à Bourg-de-Castelcerf.

S’ensuit alors une histoire qui nous permet de renouer avec le Fitz qu’on a connu dans les premiers tomes. Un homme loyal, prêt à tout pour consolider la position du trône des Six-Duchés. Un homme rongé par la force cumulée de ses deux magies, qui se débat pour les faire coexister et n’être détruit ni par l’une, ni par l’autre.

L’enquête à laquelle il se livre nous replonge dans la politique complexe du royaume, une atmosphère de sombres complots mâtinée de danger. C’est que la lutte pour le pouvoir est sanglante et périlleuse, dans les Six-Duchés.

J’ai aussi pris un immense plaisir à retrouver le fou, cet énigmatique personnage. Le mystère qui l’entoure ne fait que s’épaissir à chacune de ses apparitions. En ce qui le concerne, il n’existe qu’une seule constante : ses sentiments envers Fitz. Sentiments qui eux-mêmes ne sont pas des plus clairs…

En bref : un formidable moment de lecture ; avec un monde et une magie à la richesse fantastique/merveilleuse, et des personnages qui ne sont pas moins épatants. Je voue une admiration éternelle à Mme Robin Hobb.

Meute du Phénix 4, de Suzanne Wright

wright-suzanne-la-meute-du-phenix-4

J’ai craqué. C’est très mal. Et malgré mes serments de ne pas y revenir, j’ai cédé.

Oui, je l’avoue, j’étais curieuse de savoir ce que devenaient les personnages. J’étais curieuse de savoir quel nouveau couple allait se former. J’étais curieuse de savoir quelle formule de couple on allait nous présenter, maintenant que tous les alphas sont casés.

Et malgré toute ma répugnance à l’admettre, j’ai aimé. J’ai dévoré ce livre en quelques heures, tout en faisant des grimaces face aux phrases plus clichés les unes que les autres, face aux personnages qui ne le sont pas moins. Face également à la femme, dont la volonté, manifestée par des protestations dès qu’ils sont au lit, est bien souvent ignorée. Malgré toutes les affirmations de « dominance », et toutes les protestations de respect de son homme. Je sais que d’autres lecteurs (plus probablement uniquement des lectrices) n’y voient pas malice. Il n’empêche que cette attitude me met mal à l’aise. Toutefois me direz-vous, ce malaise ne m’empêche pas de dévorer ces bouquins.

Dans le doute, je vais m’abstenir de promettre qu’on ne m’y reprendra plus et que jamais je ne lirai le cinquième opus. Après tout, jamais, c’est très très longtemps…

En bref : malgré la médiocrité patente de la saga, il semblerait que je ne sois pas maître de mes goûts. J’aime. Ne pense pas qu’au moment que je t’aime, innocente à mes yeux je m’approuve moi-même…

C’est lundi, que lisez-vous ? #43

Rendez-vous hebdomadaire initié par One person’s Journey Through a World of Books, repris par Mallou puis Galleane en Français.

Les règles sont très simples ; il s’agit de répondre à trois questions tous les lundis :

  1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
  2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
  3. Que vais-je lire ensuite ?

Mes lectures de la semaine :

J’ai découvert cette semaine le tome 10 d’Anita Blake, même si je n’ai pas eu le temps de le chroniquer… Une lecture pleine d’aventures haletantes, qui ne laisse pas un moment de repos. Franchement, ça vire à l’orgie sexuelle, mais plus on avance, plus les développements du monde attisent ma curiosité. Je me demande par dessus-tout comment Anita va réussir à se sortir de tous ces ennuis qu’elle se crée et combine à chaque nouvel opus.

Puis, sentant venir une petite panne de lecture, matérialisée par mon absence d’envie d’entamer de nouveaux livres, j’ai décidé de me reporter sur les valeurs sûres. Relecture du tome 7 de l’Assassin Royal, saga toujours aussi géniale, et que j’adore autant aujourd’hui que lorsque je l’ai découverte, il y a près de 8 ans. A noter qu’en raison de la tomaison étrange des éditions françaises, ce tome est en réalité le premier de la troisième trilogie écrite par Robin Hobb dans le monde de Fitzchevalerie.

hamilton-laurell-k-anita-blake-9

Publication d’une chronique en retard, celle du tome 9 d’Anita Blake.

Mes lectures en cours :

 

rutkoski-marie-lumen-1

La maldición del ganador, nouvelle lecture en espagnol en cours. Comme souvent, elle est affligée d’une couverture sans aucun rapport aucun son contenu. J’ai beaucoup aimé la première partie du livre, mais actuellement avec ma petite panne de lecture, je suis un peu plus fine bouche, et je n’ai pas encore réuni le courage et l’envie d’achever cette lecture. Pourtant j’en suis à 90%, ce ne serait que l’affaire d’une petite heure… Cela me prendra probablement la semaine prochaine. Mais bon, si j’ai bien aimé, ce ne sera malheureusement pas une lecture renversante.

Lectures pas trop avancées cette semaine :

Mes lectures à venir :

Je continuerai mon Challenge Anita Blake et ma relecture de la saga de Robin Hobb, mais je dois dire qu’avec cette panne de lecture, c’est une perspective qui ne m’enthousiasme pas autant qu’elle le devrait…

Wolfblood – Saison 1

wolfblood-1

La jeune Maddy est une sang-de-loup, fille de parents qui se changent en loups – pas en loups-garous, attention – à la pleine lune. C’est son destin, et sa première mutation approche à grands pas. Cela fait bien des choses à gérer, d’autant que sa meilleure amie, Shannon, est obsédée par la créature étrange qu’elle a vue dans les bois. Un monstre dont elle cherche à prendre des photos à tout prix. C’est alors que Rhydian Morris arrive au collège de Maddy. Quand on le cherche, il a une force surhumaine, et quand il est en colère, il se change en loup, bien involontairement. Maddy décide de le protéger, pas juste pour le sauver lui, mais aussi pour garder le secret de sa famille.

J’ai découvert Wolfblood alors que j’étais à la recherche d’une série courte et simple à suivre, que je pourrais regarder en espagnol.

Le pilote m’a complètement convaincue. Maddy (Aimee Kelly) est une jeune fille vive et sarcastique. Exaspérée par ses parents, mais qui les aime énormément. Et ses problèmes (chaussure mâchouillée à la dernière pleine lune) ne sont pas des plus simples à

J’ai aussi beaucoup aimé le rendu des loups. C’est une chose très difficile à créer sans excès d’effets spéciaux. Ici c’est fait tout en simplicité et en finesse. Plongée dans l’œil, quelques images de cellules qui changent d’aspect, et hop, retour par l’œil d’un loup. Un vrai loup, à la fourrure un peu artificielle, mais qui n’a rien de monstrueux.

Les péripéties sont bien arrangées, les décors tout à fait corrects avec juste la touche d’originalité pour les rendre plaisants. Chaque épisode apporte son lot de suspense et de surprise. Les personnages évoluent et on s’y attache beaucoup !

Autre avantage : les épisodes durent 25 minutes, ce qui les rend très percutants.

Enfin dernier compliment : aucune histoire de cœur à proprement parler, et ça change agréablement…

En bref : une bonne série fantastique, bien réalisée avec de bons acteurs et une bonne histoire. Très plaisante à regarder, mais il faut tout de même noter son penchant résolument jeunesse.

Wolfblood

Création Debbie Moon
Production Foz Allan
Acteurs principaux Aimee Kelly
Bobby Lockwood
Kedar Wiliam’s Stirling
Louisa Connolly-Burnham
Musique Lisa Knapp
Andy Price
Klause White
Pays d’origine Royaume-Uni/Allemagne

Anita Blake 9, de Laurell K. Hamilton

hamilton-laurell-k-anita-blake-9

Un très très bon tome. Le 2e meilleur, juste derrière le 6e (ici).

Ce livre est centré sur Edward, le « batman » d’Anita. Un tueur au regard vide qui lui donne froid dans le dos, et qui adore lui filer un coup de main à l’occasion. Eh oui, aider Anita, c’est le meilleur moyen de se trouver plein de gens/vampires/loups-garous/choses à tuer. Mais Anita a contracté une dette à son égard, et une fois n’est pas coutume : c’est Edward lui-même qui l’appelle à la rescousse.

L’occasion d’une plongée dans la vie mystérieuse de son énigmatique partenaire. J’ai adoré découvrir ce personnage, et j’ai adoré sa relation avec Anita. Je crois que c’est le tome où j’ai le plus aimé notre héroïne. D’habitude, ses atermoiements et gémissements de désir me font toujours un peu lever les yeux au ciel. Point de tout cela ici ; ses deux chevaliers servants, JC et Richard, n’apparaissent qu’indirectement, et cette petite pause fait du bien.

Rassurez-vous, l’hémoglobine qui est la marque de fabrique de la saga est toujours là. Mais du coup Anita montre une autre facette d’elle-même, plus vulnérable. A la recherche d’affection plutôt que de sensations fortes. C’est que notre héroïne commence à fatiguer, à force d’enchainer les cadavres et les bagarres.

En bref : un excellent tome, un livre addictif et très plaisant. J’ai hâte de lire le suivant avec lequel j’atteindrai enfin la dizaine d’Anita Blake.