Psi-Changeling tome 10, de Nalini Singh

Je vous un culte à Nalini Singh. Après ma reprise de découverte de sa seconde saga, Chasseuse de Vampires, j’ai succombé à une petite « maniasingh », et j’ai voulu me replonger dans certains de ses livres que j’ai préférés… Ou le moins relus… Ou dont la dernière (re)lecture remontait à bien longtemps.

Bref, aujourd’hui je vous présente une chronique du tome 10 de Psy Changeling, l’une des sagas les plus génialissimes de tous les temps passés présents et à venir. Et croyez-moi, j’ai des C-Psy dans mon arbre généalogique.

Singh Nalini Psy Changeling 10

Voilà un couple qui se voyait venir… Un couple que j’ai attendu avec impatience de se voir former, presque depuis les débuts de la saga !

Sienna, jeune psy cardinale aux dons mortifères et mystérieux, versus Hawke, mâle hypra-dominant et alpha de la meute la plus puissante des États-Unis. Des étincelles en perspective !

Je dois avouer que cette romance tant attendue m’a un peu déçue. Elle a été moins spectaculaire que je ne l’espérais. Je l’ai pensé à ma première lecture, et j’en suis encore convaincue aujourd’hui.

Mais cela reste du Nalini Singh, un livre d’une qualité à toute épreuve. La force des sentiments de deux personnages rend le tout bien pimenté, même si on n’assiste pas au feu d’artifice anticipé. Il y a du suspense, on découvre les secrets des deux protagonistes. C’est d’autant plus intéressant que contrairement à certains autres tomes de la saga (les tomes 7 et 8, par exemple), ce sont des personnages qui ont été à la marge de toutes les aventures précédentes, dont le rôle, bien que secondaire dans les aventures en question, était crucial à l’échelle de la série.

Mais ce qui rend ce livre génial, et capital pour l’ensemble de la saga, ce sont les éléments de l’intrigue principale qui trouvent ici leur résolution. La bataille pour laquelle la ville de San Francisco se prépare depuis plusieurs livres maintenant trouve ici son apogée. Ça donne de l’action, encore plus que dans d’autres épisodes de la série, du fait de la généralisation des combats. Tous y prennent part, tous y trouvent leur écot de gloire et de souffrance. L’équilibre de la face du monde, ce monde que Nalini Singh nous décrit depuis 10 tomes, des centaines de pages et des heures de lecture merveilleuse, s’en trouve complètement bouleversé.

C’est un pivot pour la saga, mais ce n’est pas une apogée. L’histoire continue son développement dans les tomes suivants. Je peux même vous dire que les choses vont crescendo !

En bref : un coup de cœur renouvelé pour la énième fois, une ixième déclaration d’admiration et de respect éternel pour Mme Singh ! Je suis assez claire ? Filez lire ce livre !

NB : la saga compte à l’heure actuelle 15 tomes, tous plus géniaux les uns que les autres. Je vous jure, allez les lire !

Le mardi sur son 31 #25

Le mardi sur son 31 est un rendez-vous initié par Sophie, sur son blog Les Bavardages de Sophie

Il s’agit de citer un passage de la page 31 du livre que l’on est en train de lire. Une bonne manière de présenter un livre…

Peru Oliver La voix des rois 1

Mon dernier billet consacré à ce rendez-vous remonte à quelques mois déjà, et techniquement j’ai déjà fini le livre dont je vous présente un extrait. Mais le passage en question se prêtait tellement bien à l’abstraction que je ne peux pas résister… Il est issu d’un petit livre qui vaut bien le détour, La Voix des Rois, premier tome de la saga « Les Haut Conteurs » par Oliver Peru et Patrick Mc Spare.

Ce passage nous met en présence de Roland, personnage principal de ce premier tome, un jeune garçon en mal d’aventure. Ladite aventure a cependant frappé à sa porte lorsqu’il s’est mis en quête d’un Maître Haut Conteur perdu dans la forêt voisine, Corwyn, dit « Le Flamboyant ».

« Quand Roland sortit de la forêt, après une marche de plus de trois heures, il faisait jour. Pourtant, l’obscurité en lui ne se dissipait pas, elle rongeait son cœur, embuait ses yeux et étouffait ses pensées comme son courage. Il s’était convaincu que ce qu’il allait accomplir était bien, cependant le doute le tiraillait.

Depuis qu’il avait tiré le corps du Flamboyant de son trou, l’infime partie de lui, raisonnable et geignarde, qui craignait l’avenir le suppliait d’oublier son aventure de la nuit. Il était encore temps de mentir, d’abandonner le cadavre du maître pourpre et de rentrer discrètement à la Broche Rutilante. Il était encore temps de mener une vie normale et ennuyeuse. Encore temps d’oublier les rêves d’aventures qui avaient toujours hanté les recoins de sa tête. »

C’est lundi, que lisez-vous ? #55

Rendez-vous hebdomadaire initié par One person’s Journey Through a World of Books, repris par Mallou puis Galleane en Français.

Les règles sont très simples ; il s’agit de répondre à trois questions tous les lundis :

  1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
  2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
  3. Que vais-je lire ensuite ?

Mes lectures de la semaine :

Singh Nalini El gremio de los cazadores 4

La Lame de l’Archange, tome 4 de la saga Chasseuse de Vampires. Un livre qui me laisse assez enthousiaste et me donne envie de me plonger dans le suivant…

J’ai aussi chroniqué deux BD, En Chemin elle rencontre, que j’avais fini la semaine dernière, et l’historiette qui m’avait donné envie de lire des BD sur le droit des femmes, Montrez-moi ces seins que je ne saurais pas ne pas voir. Elle est disponible en ligne sur la page facebook de la bloggueuse Emma.

Et puis… Après ma lecture de Lame d’Archange, j’ai eu une petite rechute Psi-Changeling… Rien de grave je vous assure, je n’en ai relu que trois… Pour ceux qui ne comprendraient pas mon ton contrit, laissez-moi vous expliquer. Psi-Changeling est une saga qui compte actuellement 15 tomes. Ça fait long, me direz-vous. Mais je n’arrive pas à m’en lasser, l’auteur réinvente toujours de nouveaux évènements, continue à développer son monde et à le faire évoluer, si bien qu’à chaque lecture – ou presque – je suis enchantée. Donc là, la faible femme que je suis s’est laissée entrainer et a relu certains de ses livres préférés. Ou les tomes que j’avais le moins relu (deux relectures seulement, ça ne fait pas beaucoup, si ?) .

Je suis en train de rédiger des chroniques pour chacune de ces merveilles… Bon, « merveille » c’est peut-être exagéré pour le 8e tome, mais le 12e et le 13e comptent parmi mes préférés, des coups de cœur absolus !

Mes lectures en cours :

 

Druon Maurice Les Rois maudits 1

Livre qui se trouve dans ma PAL depuis presque deux ans, l’envie de l’ouvrir va et vient… Cette fois-ci je me suis jetée à l’eau, et j’aime beaucoup. La richesse de l’écriture fait beaucoup de bien, au milieu de toutes mes autres lectures qui, il faut l’avouer, manquent singulièrement de sérieux. J’aime énormément la description des lieux et des personnages, les dessous de la politique et l’orgueil des nobles…

Mes lectures à venir :

Je ne pense pas beaucoup vous étonner en vous disant que je vais probablement encore lire quelques livres de Nalini Singh. C’est une drogue, une fois que j’ai commencé, j’ai beaucoup, beaucoup de mal à m’arrêter. Mais j’hésite : sur lequel vais-je jeter mon dévolu ?

Il y a La tempête de l’Archange, 5e livre de la saga Chasseuse de Vampire. Mais il y a aussi un autre de mes tomes préférés de Psi-Changeling, le 14e… Sans oublier ce n°15 que je n’ai pas encore lu, et que j’irai peut-être acheter dans la semaine si je craque…

Et après tout ça, je me ferai une pause dans les romances… Je crois que ce sera nécessaire…

Montrez-moi ces seins, par Emma

 

Emma Montrez moi ces seins

Aujourd’hui, je veux vous parler d’une petite histoire que j’ai lue sur facebook… J’ai découvert Emma pour sa BD sur la charge mentale que subissent les femmes dans la répartition des tâches ménagères.

En navigant un peu sur sa page, je suis tombée sur une petite histoire, une historiette… Emma a mis en image le texte d’Ariane Papillon. Le sujet est a priori assez anodin ; il s’agit de l’adaptation à un nouveau pays, l’accueil par ses habitants, les différences de mœurs… Un sujet qui me touche particulièrement puisque j’ai vécu un an à l’étranger.

Et puis les choses dérivent un peu. Cela parle de l’appartenance à une culture étrangère, la revendication d’une tradition qui est perçue comme asservissant les femmes : le fait de couvrir ses seins en public. Au Maristan en effet, il fait tellement chaud qu’il est parfaitement accepté que femmes et hommes vivent poitrine à l’air. On apprend aux petites filles qu’elles n’ont pas à avoir honte de leurs seins, qu’elles doivent se sentir parfaitement libres dans leur corps et leur esprit.

Une ouverture et une tolérance formidables, qui impressionnent beaucoup la narratrice, immigrée française ayant fui son pays d’origine. Elle-même n’arrive pas à se défaire de son soutien-gorge, elle se sent trop pudique pour cela. Ses voisins maristanais ne la comprennent pas tout à fait, ils la trouvent bizarre.

Mais comment la fille de notre Française prendra-t-elle position sur le sujet ? Entre revendication identitaire française, et éducation libre maristanaise, il vous faudra lire l’historiette d’Emma pour le découvrir…

En ce qui me concerne, j’ai mis longtemps à comprendre où l’auteur voulait en venir. J’ai été particulièrement lente à la comprenette, je l’admets, mais c’est vrai que je ne m’attendais pas à voir le sujet apparent de la BD être insensiblement mis de côté. Ce que je prenais pour une histoire sur l’ouverture d’esprit à l’étranger, le fait de vivre dans un autre pays en s’adaptant mais aussi en conservant sa culture, dresse des parallèles dérangeants.

J’emploie à dessein le mot très fort qu’est « dérangeant ». Emma a mis des mots et des images sur des réflexions qui me venaient déjà, mais vis-à-vis desquelles je n’arrivais pas à prendre position. La dessinatrice compare, sans coup férir, notre soutien-gorge (symbole d’émancipation de la femme, qui lui permet une plus grande liberté de mouvement… tout en remodelant sa poitrine pour coller aux canons de beauté) au voile musulman !

Tambours et trompettes : faut-il s’en offusquer ? En ce qui me concerne, je trouve le parallèle particulièrement bien trouvé et les remarques faites à ce sujet particulièrement sensées. C’est fait avec beaucoup de finesse, tout en suggestion, et sans prosélytisme outrancier. Et je pense que ç’a fait évoluer mon regard sur le foulard. A tout le moins me poser des questions d’une manière différente. Me suggérer d’autres arguments. Renouveler le débat.

N’est-ce pas là la raison d’être de toute œuvre ? Objectif certainement atteint pour Emma !

Emma a récemment publié aux Editions Massot une BD rassemblant plusieurs des histoires qu’elle a postées sur sa page facebook. Elle s’intitule Un autre regard, et est disponible dans toutes les librairies de France (par exemple chez Grangier).

Emma Un autre regard

 

 

Chasseuse de vampires tome 4, de Nalini Singh

Singh Nalini El gremio de los cazadores 4

Un jeune vampire décapité présentant un tatouage sur la joue, voilà normalement une affaire pour la Guilde. Sauf que Dmitri, le second de Raphael, a décidé en son absence de se charger de l’enquête. Et bien entendu, c’est moi, Honor, chasseuse spécialiste des langues anciennes, qui ai été envoyée pour donner un coup de main.

Qui aurait cru que notre collaboration réveillerait des souvenirs enfouis depuis des siècles ?

Mais avant de découvrir ce qui nous lie, nous avons une énigme à résoudre, et pas de moindres…

Ainsi que je l’ai longuement expliqué ici, j’ai été assez déçue par le troisième tome de la saga « Chasseuse de vampires ». J’étais donc soulagée du changement de personnages annoncé dans ce livre, et très curieuse de voir ce qui se cachait sous le masque séducteur et sans pitié de Dmitri.

Réponse ? Un homme qui pense avec son entre-jambe (comme la plupart des personnages de ce type de romances paranormales), effectivement impitoyable, et au passé tourmenté. Le second personnage principal est son pendant féminin, un protagoniste empli de courage et de volonté.

Cela donne un mélange détonnant, très agréable à lire. Je n’ai pas encore retrouvé le niveau d’addiction que j’ai connu avec d’autres romans de Nalini Singh, mais on s’en rapproche respectablement.

Ce n’est pas encore parfait : je trouve que la place laissée à l’enquête est bien trop secondaire par rapport à la relation des deux personnages. On a même l’impression qu’ils passent plus de temps à s’apprivoiser l’un l’autre qu’à chercher leur tueur de vampires…

En bref : un quatrième tome qui se rapproche du niveau espéré de l’un de mes auteurs préférés… Une lecture très agréable et qui laisse présager de bonnes choses du livre suivant. Les personnages principaux sont attachants, et leur histoire pleine de péripéties…

En chemin elle rencontre…

Collectif En chemin elle rencontre

En France, une femme meurt tous les 2 jours et demi sous les coups de son conjoint, environ 70 000 adolescentes de dix à dix-huit ans sont menacées d’être mariées de force, entre 55 000 et 65 000 fillettes ou femmes sont mutilées ou menacées de l’être. Chaque année dans le monde, 5 000 femmes sont tuées au nom de l’honneur, des centaines de milliers de femmes sont victimes de la traite en vue de la prostitution…

Pour que les femmes osent parler, pour briser le silence, pour une prise de conscience et de responsabilité, les artistes, femmes et hommes, se mobilisent pour la défense du droit humain. L’ouvrage bénéficie du soutien d’Amnesty International.

C’est la couverture de cette Bande Dessinée, avec ce visage en gros plan, dans les tons roses de la féminité, rougeâtres du sang, et son sujet qui m’ont poussée, curieuse, à jeter un œil. Prise au piège de ses dessins variés et de ses textes percutants, de ses histoires sordides mais terriblement touchantes et marquantes, j’ai continué ma lecture…

Beaucoup de sujets sont abordés, les exemples les plus criants de violence faite aux femmes. Cela va des femmes battues par leur conjoint jusqu’aux réseaux de prostitution, en passant par la réaction d’hommes qui affirment qu’une victime de viol « l’avait bien cherché » à force de se comporter comme une allumeuse.

Tous ces récits sont poignants, d’autant que chacun a son style propre, et que les auteurs (scénaristes, dessinateurs et coloristes) donnent une voix différente à chaque courte histoire. Certaines sont colorées, avec une atmosphère de normalité dérangeante. D’autres au contraire crient la violence et le mal-être, l’horreur, avec du texte blanc sur des pages noires, des éclats rouge vif. Le mouvement donné par les coups, la défaite dans le corps de la femme blessée. De magnifiques images pour parler de choses atroces, des récits choc, qui prêchent à convertie.

En outre, certains des aspects de la violence ne sont pas ceux auxquels on pense en premier, ceux auxquels on s’attend : le mariage forcé, l’excision, le viol comme arme de guerre… Des choses dont on pense qu’elles ne sont plus d’actualité, plus aussi répandues alors que c’est tout le contraire.

En bref : une lecture choc, un album d’excellente facture, et qui présente de manière très percutante un aspect primordial des droits des femmes.

 

Ont participé à cette BD :

Adeline Blondieau / Isabelle Bauthian / Philippe Caza / Daphné Collignon

Eric Corbeyran / Carine De Brab / Lucien De Gieter / Didjé / Renaud Dillies

Christian Durieux / René Follet / André Geerts / Fred Jannin / Kness / Kris

Kroll / Denis Lapière / Emmanuel Lepage / Magda / Malik / Charles Masson

Alain Maury / Marie Moinard / Rebecca Morse / Nicoby / Jeanne Puchol

Guy Raives / Sergio Salma / Aude Samama / Séraphine / Bernard Swysen

Turk / Damien Vanders / Philippe Xavier

Editions Des ronds dans l’O

C’est lundi, que lisez-vous #54

Rendez-vous hebdomadaire initié par One person’s Journey Through a World of Books, repris par Mallou puis Galleane en Français.

Les règles sont très simples ; il s’agit de répondre à trois questions tous les lundis :

  1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
  2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
  3. Que vais-je lire ensuite ?

Mes lectures de la semaine :

Publication de chroniques en retard :

Winter, une super fin de saga. J’en suis très contente.

La compagne de l’archange, une petite déception, malheureusement.

Et deux livres finis cette semaine, chroniques à venir…

La Croix de feu, que j’ai lu en Anglais. J’ai mis des mois à finir ce pavé. Enfin à ce stade-là c’est pire qu’un pavé, c’est une montagne. Et j’ai adoré chaque minute des instants que je m’autorisais à passer entre ses pages. Pas trop à la fois de crainte d’être ensorcelée, incapable de le lâcher. Et j’avais vraiment pas le temps de me faire un marathon lecture de 1400 pages, cette année. En bref, un livre formidable qui ne me donne qu’une envie : me jeter sur le sixième tome de la saga!

Collectif En chemin elle rencontre

En chemin elle rencontre, une BD choc militant contre les violences faites aux femmes. C’est une lecture dure par son sujet, avec des images qui vous prennent aux tripes et vous interpellent par la beauté qu’elles donnent à l’atrocité.

Mes lectures en cours :

Singh Nalini El gremio de los cazadores 4

Commencé après une pause à la suite du troisième tome, qui m’avait déçue. Jusque-là, c’est pas l’amour fou. Les personnages sont un purement géniaux, mais l’intrigue fait des tours et détours qui me convainquent assez peu…

Mes lectures à venir :

J’aimerais bien aller emprunter celui-ci à la bibliothèque. Mais il faut que je trouve le temps d’y aller. (révisions d’examen? Qui a prononcé les mots maudits?)

Marcastel Jean-Luc Louis Le Galoup 3