Le Misanthrope, de Molière

Molière le misanthrope def

Qui ne connaît pas Le Misanthrope ? certainement tout un tas de gens pour lesquels la littérature n’est pas un souci premier, me direz-vous…

Eh bien ils ont tort, parce que c’est quand même un des plus beaux chef-d’œuvre de la littérature française. Je dis ça en toute objectivité bien sûr, puisque je les ai absolument tous lus…

Toute blague mise à part, Le Misanthrope de Molière, c’est cette pièce grinçante oscillant entre comédie et tragédie. Alceste est ridicule, d’un ridicule achevé même, comme dirait l’un des petits marquis. Mais il est aussi superbe dans sa stupidité, dans son entêtement à se faire l’ennemi de tout le genre humain.

On ne peut s’empêcher de le prendre en pitié, au moins autant qu’on rit de lui. Peut-être même ressente-on plus de commisération que d’amusement : c’est vraiment le personnage de Molière qui m’a toujours fait le plus de peine… Pauvre Alceste !

Mais on ne peut pas s’en empêcher : il est jouissif de le voir aller de déconvenue en déconvenue, surtout lorsque chacune de ces catastrophes est décrite par les vifs alexandrins de Monsieur de Molière… En voilà un qui maîtrisait son sujet ! Ce sont de ces vers qui restent en tête, bien après la première lecture. Je me surprenais à redécouvrir des passages entiers qu’il me semblait déjà connaître par cœur. Un bonheur, une plongée dans le passé qui m’a fait remonter à ma première lecture, en seconde…

En bref : je resterai longtemps marquée par les mots du Misanthrope, terriblement ridicule, mais tout aussi terriblement attachant. Les portraits féroces de chaque personnage résonnent dans l’âme du lecteur, le poussent à se questionner et se remettre en cause. Maîtresse pièce du dramaturge, sans doute aucun !

Publicités