La Délicatesse, par David Foenkinos

C’est l’histoire d’une femme qui va être surprise par un homme.

Voilà un extrait de quatrième de couverture qui suffit amplement comme synopsis de ce court roman. Un roman simple, dans sa forme, dans son histoire, dans ses personnages. Mais un roman touchant par cette simplicité même, dont la beauté a fait écho en moi.

C’est donc l’histoire de Nathalie, de Nathalie et de l’amour de sa vie. Avec une touche d’atmosphère nordique qui vient apporter juste ce qu’il faut de loufoque pour que le roman prenne un relief, une profondeur bien à lui.

Les questionnements, les doutes et les difficultés du personnage principal sont superbement humains. Comment faire face au deuil de la personne qu’on aime plus que tout au monde ? Il n’existe aucune réponse universelle à cette question. Mais chacun peut donner la sienne et permettre à autrui d’avancer vers sa propre réponse.

J’ai donc trouvé dans ce roman comme un écho de l’essai La Ridícula ídea de nunca volver a verte, de Mme R. Montero. Un écrit qui avait profondément résonné en moi, plus que le roman de M. D.Foenkinos, dont la légèreté délicate empêche de s’abîmer dans l’introspection.

En bref : une excellente lecture, légère et facile, pour aborder un sujet profond et douloureux. Une histoire qui fait du bien, comme on en a si souvent besoin.