300 blagues britanniques et américaines

Berman Jean-Pierre 300 blagues britanniques et américaines

Je suis désolée de le dire, mais j’ai préparé une chronique au vitriol !

Le concept de ce petit recueil est fort sympathique : apprendre en rigolant ! Surtout une langue étrangère ; certains multiplient les combines pour s’y mettre…

Autant vous le dire : ne perdez pas votre temps avec ce livre. Il a deux défauts principaux.

Le premier est le type de blagues. La grande majorité sont des blagues qui opposent les hommes aux femmes. Un exemple ?

The Rules according to a Woman

1.         The woman always makes the Rules.

2.         The Rules are subject to change at any time without prior notification.

3.         No man can possibly know all the Rules.

4.         If the woman suspects the man knows the Rules, she must immediately change them.

5.         Etc, etc, jusqu’à…

12.       The man is expected to mind-read at all times.

 

Le règlement selon les femmes.

1.         C’est toujours la femme qui établit le règlement.

2.         Le règlement est sujet à modification à tout moment sans préavis.

3.         Aucun homme n’a la possibilité de connaître tout le règlement.

4.         Si une femme soupçonne un homme de connaître le règlement, elle doit immédiatement en changer.

12.       L’homme est censé deviner les pensées à tout instant.

 

Une ou deux blagues dans ce style-là, pourquoi pas… Mais au bout d’un moment, ça devient franchement répétitif et lassant.

Second point, ce sont les fautes de frappe… Tant dans les parties françaises qu’anglaises ! C’est un comble, pour un recueil qui prétend enseigner l’Anglais… Ce n’est pas facile de s’y retrouver entre les espaces manquants et les lettres substituées. En outre, les traductions ne me paraissent franchement pas folichonnes. Elles sont très littérales, le plus souvent, et ne rendent pas du tout les blagues…

En bref : passez votre chemin, il a beaucoup d’autres moyens bien plus efficaces d’apprendre l’anglais.

Comme lire n’importe quel livre (éventuellement un livre déjà lu en français) en langue originale. Le mieux, c’est de commencer par des livres d’ado, en général pleins d’actions et d’abord très simple.

 

La femme parfaite est une connasse!

Girard La femme parfaite est une connasse

Ce livre est LE guide pour toutes les femmes imparfaites (c’est-à-dire grosso-modo pour toutes les femmes*). Vous y apprendrez notamment comment garder votre dignité quand vous êtes complètement bourrée, qui sont ces filles qui ne mangent qu’une salade par jour, les questions qu’il ne faut pas poser à un homme si vous ne voulez pas entendre la réponse, ou ce qu’il faut faire de toute urgence si votre mec veut s’acheter des Crocs.

* Il peut également être lu par les hommes qui n’ont pas peur de découvrir ce que les filles se racontent entre elles dès qu’ils ont le dos tourné…

Voilà un résumé qui promet de belles rigolades, souvent associé à des commentaires élogieux sur le net.

Malheureusement en ce qui me concerne, la mayonnaise n’a pas pris.

Je ne me suis pas reconnue dans les descriptions de situations cocasses, avec les hommes, ou en soirée, les deux points qui sont au cœur du livre.

Ne vous y trompez pas, quelques blagues sont drôles, on sourit un peu face à la bêtise décomplexée (et assumée) que décrivent les auteurs du guide.

Mais pour être tout à fait honnête, je me suis bien plus identifiée à la connasse qu’aux femmes imparfaites. Est-ce à dire que je suis une connasse ? Je ne suis pas la mieux placée pour répondre, bien que je sois parfaite (le premier qui ose prétendre le contraire aura affaire à moi).

Sur une note peut-être trop intellectuelle pour ce genre de lecture, j’aime qu’on présente un portrait des femmes actuelles aussi décomplexé. Mais c’est à double tranchant : quid de celles qui ne s’y reconnaissent pas (et ne veulent pas s’y reconnaître) ? Après avoir tenté de coller au modèle de la femme parfaite, faut-il maintenant se conformer à l’image de la femme imparfaite ?

En bref, toute considération féministe mise à part, c’est une lecture qui ne se prend pas au sérieux. En ce qui me concerne, je pense aussi que c’est une perte de temps ; un livre sans intérêt. Mais peut-être est-ce parce que je manque d’humour…

J’ai toujours des scrupules à décrire une lecture avec des mots aussi durs, et je ne doute pas que d’autres seront absolument enthousiasmés par ce livre.