Deux mois sans elle, de Monica Murphy

Murphy Monica Drew Fable 2

PERDU. Ma vie se résume à ce mot désespérant. J’ai perdu deux mois de ma vie à noyer mon chagrin. J’ai perdu ma petite amie, Fable, la seule fille qui ait jamais compté à mes yeux. J’avais peur de la blesser en restant avec elle.
Hanté par des souvenirs qui l’empêchent de poursuivre sa relation avec Fable, Drew disparaît sans donner signe de vie. Deux mois après cette séparation, il n’arrive toujours pas à tourner la page. De son côté, Fable a trouvé un poste de serveuse dans le club branché où Drew se réunit avec ses coéquipiers les soirs de victoire. Quand il se retrouve nez à nez avec Fable, le jeune homme comprend qu’il n’a jamais cessé de l’aimer. S’il tient vraiment à elle, il devra se battre pour l’en convaincre.

Une suite qui m’a tout autant transportée que le premier opus.

J’ai retrouvé nos deux protagonistes avec un plaisir immense. J’ai adoré suivre leurs déboires, leurs mamours, leurs « je t’aime » / « moi non plus », et les voir faire face à la vie, se battre pour se préserver, pour réussir à renoncer à se préserver en aimant l’autre.

C’est vraiment une belle lecture, un concentré de tendresse qui laisse à penser que peut-être, la vie n’est pas si cruelle, et qu’il est possible de croire aux contes et aux fins en « et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ».

Un nouveau coup de cœur pour ce second opus. Et comme mon petit doigt m’a dit (ici) que la suite de la saga, bien que portant sur des couples différents, était pas mal non plus, je la lirai à la prochaine occasion…

Ce que j’ai pensé du tome 1

Une Semaine avec lui, de Monica Murphy

Murphy Monica Drew Fable 1

Fable travaille d’arrache-pied pour gagner son indépendance, tout en élevant son petit frère. Sa réputation de fille facile lui vaut d’enchaîner les aventures sans lendemain, ce qui arrange bien les affaires de Drew, le meilleur joueur de l’équipe de football de la fac. Alors qu’il s’apprête à passer une semaine dans sa famille au passé tourmenté, il lui propose, moyennant finance, d’incarner sa petite amie. Fable ne demande pas mieux que d’entrer dans la peau du personnage. Si seulement cette parenthèse pouvait s’éterniser…

Un synopsis a priori sans originalité, et pourtant…

Et pourtant je suis tombée sous le charme de ces personnages, de ce couple. Fable est une fille forte qui doit faire face à une vie peu facile. Elle surmonte cependant les difficultés avec opiniâtreté et courage. Drew quant à lui est tout aussi complexe et touchant. Il se débat avec ses sentiments et son passé. L’alchimie qui naît entre eux est absolument magnifique. C’est donc une superbe histoire, qui m’a fait vibrer au rythme des balancements de cœur de nos deux moitiés…

En bref : un gros coup de cœur avec une magnifique histoire d’amour, et des personnages extrêmement touchants…

D’aucuns reprochent à ce livre sa prévisibilité, mais ce n’est pas une chose qui m’a ennuyée. Oui, on devine le secret de Drew assez rapidement, tout comme Fable elle-même. Mais à mes yeux, la vraie question est de savoir si les personnages vont réussir à le surmonter, ce terrible secret.

Pour découvrir un extrait de ce roman, je vous invite à aller faire un tour ici.

Le mardi sur son 31 #15

Le mardi sur son 31 est un rendez-vous initié par Sophie, sur son blog Les Bavardages de Sophie

Il s’agit de citer un passage de la page 31 du livre que l’on est en train de lire. Une bonne manière de présenter un livre…

Murphy Monica Drew Fable 1Cette semaine je vous présente un extrait de ma dernière relecture romance, avec un passage situé aux 31% de mon édition numérique d’Une Semaine avec Lui, de Monica Murphy.

Ici, le personnage principal, Fable, est en train d’essayer une robe pour un gala, en luttant à la fois contre son désir de se faire belle car elle n’en a pas les moyens, et la culpabilité de faire payer sa robe par le type qui lui a demandé de jouer le rôle de sa petite-amie (et dont accessoirement elle est amoureuse). C’est vrai que ça paraît un peu tordu dit comme ça…

 Fable

Après avoir essayé un bon nombre de modèles pendant presque une demi-heure, j’ai enfin trouvé la robe parfaite. Je l’avais gardée pour la fin. C’est comme si j’avais su dès le premier coup d’œil que c’était la bonne. Drew m’attendait patiemment de l’autre côté de la porte et la fille qui s’occupe des cabines lui a apporté une chaise.

Je prends plaisir à sortir de la cabine pour lui montrer la robe suivante. Il est assis là, avachi sur sa chaise, les jambes écartées, et l’ennui se lit sur son beau visage. Je le torture, je le sais, mais son regard s’illumine chaque fois qu’il me voit, même quand la robe est horrible.

Et il est honnête ; ce qui est appréciable. Il n’a pas hésité à me dire que les quelques robes vraiment affreuses que j’ai essayées ne m’allaient pas. Jusqu’à présent, il préfère la première, et je sais que c’est un bon choix, mais celle-ci… celle que je porte à présent est si magnifique que j’en ai presque les larmes aux yeux.

Prenant une grande inspiration, j’ouvre la porte et je pénètre dans l’antichambre. Drew est toujours avachi, le regard dans le vague. Il cligne lentement des yeux et se redresse, les yeux écarquillés pendant qu’il me contemple.

– Waouh ! s’exclame-t-il avant de s’éclaircir la gorge.