Avant toi, de Jojo Moyes

Moyes jojo Moi avant toi

Quand Lou apprend que le bar où elle est serveuse depuis des années, met la clé sous la porte, c’est la panique. En pleine crise, dans ce trou paumé de l’Angleterre, elle se démène pour dégoter un job qui lui permettra d’apporter à sa famille le soutien financier nécessaire. On lui propose un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. C’est alors que la jeune femme découvre Will, un jeune tétraplégique qui rêve de mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.

Premier roman « sick-lit », et c’est un essai réussi.

Moi avant toi, c’est un peu Intouchable avec une histoire d’amour. Mais pas une histoire culcul, bien rangée et convenue. C’est une histoire avec des personnages au caractère travaillé, soigneusement développé, ce qui les rend terriblement réalistes. Louisa remporte bien évidemment la palme, pour son côté optimiste. A chaque instant, elle fait un effort conscient pour voir l’aspect positif de ce qui l’entoure. Ce choix de vie me l’a rendue particulièrement attachante. Louisa est aussi une jeune femme qui vit enfermée dans sa bulle, sans aucune ambition d’en sortir. Un défaut qui ne fait que la rendre plus intéressante encore, car ce défaut d’ambition n’est pas dû à la mollesse mais bien simplement à l’ignorance. Cloîtrée dans son monde confortable, Louisa n’a jamais eu l’occasion de remettre en cause sa vie.

Cette occasion, c’est Will qui la lui fournit. Tétraplégique aux mouvements extrêmement limités (il peut à peine bouger les doigts de l’une de ses mains et quelque peu la tête), il soupire après la vie aventureuse qu’il a mené jusqu’à son accident. C’est un personnage intéressant à suivre : déterminé, caustique et humain. Même si je me suis davantage attachée à Louisa.

L’histoire qu’ils vivent tous les deux est belle. Elle se développe petit à petit, sans qu’aucun d’eux n’en ai conscience et jusqu’à ce que leurs sentiments éclatent. Elle se développe pendant les 6 mois que Louisa passe aux côtés de Will en tant qu’auxiliaire de vie. La description de ce qu’implique la tétraplégie est particulièrement fouillée. Louisa raconte à de multiples reprises les frustrations que cause ce handicap, notamment vis à vis des personnes n’ayant aucune conscience de l’impact de leur comportement. Je pense en particulier à cette description d’un déplacement dans une rue, où les voitures garées sont trop proches les unes des autres pour laisser passer un fauteuil roulant. A ce moment où Louisa doit aller supplier des dizaines de personnes pour réussir à trouver quelqu’un qui l’aidera à porter le fauteuil hors de la terre meuble où il s’enfonce. A cette gêne qu’ont la plupart des gens lorsqu’ils s’adressent à un handicapé, qu’ils sont incapables de dissimuler et encore moins de s’empêcher de ressentir.

C’est donc une lecture particulièrement édifiante, prenante. On voit évoluer les personnages, on en apprend davantage sur la vie de Will, on voit Louisa étendre ses ailes. On ressent beaucoup d’émotions à assister à leur rapprochement, leurs décisions et leurs oppositions.

En bref : un excellent livre, une prise de conscience sur la vie des handicapés moteur. Une très belle histoire d’amour, avec des personnages profonds et attachants. Un dénouement profondément émouvant. Sans aucun doute, Jojo Moyes est à mes yeux un auteur à suivre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s