Clair Obscur livre 1, par Kelley Armstrong

OYEZ OYEZ BONNES GENS ! CECI EST UNE ANNONCE OFFICIELLE : KELLEY ARMSTRONG REJOINT PAR LA PRÉSENTE LE PANTHÉON DES AUTEURS VÉNÉRÉS DE CE BLOG ! CETTE PROCLAMATION EST À EFFET IMMEDIAT !

Maintenant que les choses sont dites, passons à ce livre génial.

Armstrong Kelley Clair Obscur 1

J’avais découvert Madame Armstrong avec Morsure, premier tome de la saga Femme de l’Autremonde. Un livre que j’avais énormément aimé, mais le reste de la saga ne m’avait pas autant transportée.

Ensuite, j’avais lu la trilogie Pouvoirs Obscurs. Et là, ç’avait été un véritable coup de cœur, une série réussie de A à Z. J’avais adoré les personnages qui sonnaient vrai, leurs péripéties haletantes et effrayantes, et par-dessus tout le monde profondément réaliste où les cauchemars prennent corps.

En tombant sur ce volume, Innocence, à la bibliothèque, je me suis jetée dessus sans hésitation. Grand bien m’en a pris.

Kelley Armstrong présente une ici une jeune ado qui vit tranquille, dans son minuscule village coupé du monde. A priori, sa vie n’a rien d’anormal, il n’y a aucune zone d’ombre chez ses parents ou leurs employeurs, qui contrôlent le hameau développé autour du centre local de recherche médicale.

Pourtant, un beau jour, sa meilleure amie meurt dans des circonstances que Maya refuse d’accepter. Ne pouvant se pardonner d’avoir été impuissante, elle essaie de continuer à avancer… Jusqu’à être en état de poser des questions, et exiger des réponses.

Elle est terriblement attachante, et le regard lucide qu’elle pose sur ce qui l’entoure montre qu’elle est aussi très dégourdie. Sa relation avec ses proches, parents et amis, donne du relief à son caractère. Maya est sûre d’elle-même, équilibrée. Mais lorsque les circonstances la forcent à se remettre en question, elle s’y oblige avec une vulnérabilité que l’auteur décrit d’un ton très juste.

L’élément fantastique est introduit par petites touches, et suscite beaucoup de questions.

Les noms familiers à tout lecteur des Femmes de l’Autremonde donnent un avant-goût de réponse (les St. Cloud et les Nast ne sont plus à présenter). J’ai hâte de continuer cette série !

En bref : une excellente introduction par un auteur qui m’a déjà conquise !

Le mardi sur son 31 #7

Armstrong Kelley Clair Obscur 1

Voilà un extrait de ce qui est bien parti pour devenir un coup de cœur. J’apprécie ce passage parce qu’il reflète le caractère fort en gueule des femmes que décrit souvent l’auteur, Kelley Armstrong. J’adore la manière dont Maya envoie paître le bellâtre du lycée, Rafe, lorsqu’il l’approche.

– J’ai entendu dire que tu avais fait une rencontre du troisième type avec un fauve.

– Mmh mmh.

– Morales dit que tu as vu plus de pumas que n’importe qui d’autre ici. Elle prétend qu’ils viennent carrément gratter à ta porte en espérant une soucoupe de lait et une caresse derrière les oreilles.

[…]

– J’habite dans la réserve, répondis-je. Je vois beaucoup d’animaux sauvages.

– Quand même, des pumas… Moi, je n’en ai jamais vu. (Il me coula un regard en biais.) Tu crois que tu pourrais m’arranger le coup.

Dans tes rêves, pensai-je tout en continuant de marcher en silence.

-Je ne suis jamais venu dans ta réserve non plus, poursuivit-il. Si je passais ce soir ? On pourrait aller se balader pour essayer d’apercevoir des gros matous en regardant les étoiles se lever…

J’éclatai de rire.

– Je croyais que ce genre de trucs ne marchait jamais avec les filles.

Il se contenta de sourire.

– Ça ne coûte rien d’essayer.

Mon seul regret, c’est que tout ceci paraît un peu fade, vu et revu, alors qu’il n’en est rien. L’ambiance des romans de Kelly Armstrong est tout à fait particulière, entre le film d’horreur et le roman fantastique… D’ailleurs je m’apprête à annoncer en grande pompe son entrée au panthéon des auteurs vénérés de ce blog.