Nana, Ai Yazawa

Aujourd’hui, j’ai décidé de me coucher moins bête, et j’ai ouvert mon premier manga.

Yazawa Ai Nana 1Nana est l’histoire de deux jeunes filles portant le même prénom, radicalement différentes. Ce livre raconte leurs peines de cœur.

Je ne suis jamais la dernière à faire d’une romance une lecture coup de cœur. Pourtant, ici, la mayonnaise n’a pas pris.

Je dois être un peu neuneu sur les bords, parce que j’ai eu beaucoup, beaucoup de mal à me faire à la lecture à l’envers. Je crois que je n’ai toujours pas compris dans quel sens j’étais sensée lire les bulles de texte. Inutile de dire que du coup ma compréhension des « je t’aime »/ « moi non plus » a été plutôt limitée.

Je n’ai pas non plus apprécié les dessins. Je confondais les personnages, filles ou garçons, ce qui ne m’aidait pas plus à comprendre que les textes.

Il faut aussi que je parle de ces protagonistes. La première Nana est une cruche. Je conçois qu’on puisse être naïve, tête en l’air et à la recherche du prince charmant. Mais ce n’est pas une raison pour laisser son cerveau au placard chaque fois qu’il y a un « mâle » dans les parages ! La seconde Nana m’a beaucoup plus plu : débrouillarde et indépendante, elle est nettement plus maligne. Pourtant elle a ses failles, elle aussi, ce qui la rend intéressante.

En bref : une belle déception, j’éviterai cette saga à l’avenir. Toutefois, je vais probablement retenter l’expérience « manga » sous peu.

Publicités