Absurdité des temps

Lecture du Parisien, une fois n’est pas coutume. Première page, évidemment : la grève. Plusieurs articles sur la belle entraide développée par de nombreux franciliens. Et en page 6 : Dans les coulisses des arbitrages, par Mme B. Lepetit.

Description des lieux et assistants à l’appui, la journaliste rapporte les propos tenus lors d’une réunion d’une partie du gouvernement dimanche soir, afin d’affiner le contenu & la présentation de la si polémique réforme sur les retraites.

Et l’autrice d’expliquer :

« En préambule, le président a pris soin de le préciser à ses invités : ce qui se dit dans cette pièce a vocation à y rester ».

Et de conclure dans les dernières lignes de l’article, après avoir détaillé les positions de plusieurs des assistants :

« Une rencontre qui devait initialement avoir lieu hier midi. Avant d’être reportée… par crainte des fuites ».

Ironie savoureuse du monde du journalisme, il faut tout de même préciser que l’article reste muet sur le contenu de cette réforme. La journaliste ne fait que rapporter de vagues propos sur les modalités de communication et de mise en œuvre d’une réforme dont le projet n’est pas même encore publié.

Splendeurs et misères d’un noble métier : le journalisme.


PS : pour plus d’amusement, je vous invite à aller lire l’article sur la condamnation de M. Mélenchon pour sa conduite lors de la perquisition du siège de son parti *. Moi qui suis en pleine lecture des Rois Maudits, j’ai retrouvé dans ses paroles des accents grandiloquents communs aux protestations de Robert d’Artois, ou Charles de Valois. L’un pour la perte de son procès & de sa comté d’Artois (au profit de sa catin de tante Mahaut), l’autre pour sa défense passionnée des bonnes coutumes de son saint aïeul, Louis IX, et son attitude de farouche rébellion face aux novelletées défendues par son frère Philippe le Bel…

Après tout, M. Mélenchon se dit fièrement « rebelle » depuis ses 15 ans, et vient d’être condamné en Justice pour des faits ainsi qualifiés.


* Même journal du mardi 10 décembre 2019, article intitulé « Jean-Luc Mélenchon condamné à trois mois de prison avec sursis pour rébellion et provocation », par M. T. Boutry.

2 commentaires sur “Absurdité des temps

  1. Guenièvre, je vois ici apparaître un soupçon, un zeste, un nuage, une larme de politique dans ce blog délicieusement littéraire (et parfois musical).
    Mais avec une légèreté, une subtilité souriante qui n’appartient qu’à toi (et sûrement pas à la politique…)

    Je me demande si M. Mélenchon apprécierait tes références royales et seigneuriales le concernant…

    Cathie

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s