Nos étoiles contraires, par John Green

Green John Nos étoiles contraires

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

Ce titre me fait invariablement penser au prologue de Roméo et Juliette, qui parle de « two star-crossed lovers »… Une image assez évocatrice, donc : deux personnes qui s’aiment mais ne pourront jamais être ensemble. De quoi faire fondre mon petit cœur de midinette avant même d’ouvrir le livre.

Toutefois, en ouvrant le livre on tombe sur Hazel. J’avais peur – comment ne pas avoir peur face à un best-seller ayant été porté à l’écran ? J’entretiens systématiquement les plus vives craintes à l’égard de tels livres, pour leurs personnages clichés et leurs histoires non moins convenues. Hazel a tout de suite apaisé ces appréhensions. Personnage fort, mais avec un je-m’en-foutisme qui évite le cliché, on apprend toute de suite à l’apprécier. Son attitude face à son cancer paraît très réaliste. Elle est humaine et malgré toute sa volonté de ne blesser personne et de se montrer forte, c’est aussi une jeune fille qui doit regarder tous les jours dans les yeux sa propre mort.

Augustus – Gus – quoique moins intéressant, est lui aussi attachant. Il a davantage de chances de s’en sortir – il a été amputé d’une jambe cancéreuse, mais selon toute probabilité il vivra. Et malgré sa connaissance intime du cancer et de la mort, il s’attache à Hazel. Histoire d’amour de circonstance autant que d’inclination, tous deux se rapprochent en partie à cause de leur cancer respectif. C’est l’occasion: ils rencontrent quelqu’un qui leur plaît, avec qui vivre une magnifique histoire d’amour avant que la mort ne vienne les interrompre.

Hazel est malade, on sait donc que ça va mal se finir : ce n’est une surprise pour personne… Mais ça ne m’a pas empêchée de verser toutes les larmes de mon corps lorsque le dénouement est arrivé.

En bref: une lecture profondément humaine, profondément touchante. Une histoire simple mais qui porte et que je recommande chaudement.

Publicités

2 commentaires sur “Nos étoiles contraires, par John Green

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s