Apocalypsis Cavalier noir, par Eli Esseriam

Esseriam Eli Apocalypsis 3

Maximilian Von Abbetz, le Cavalier Noir, est issu d’une famille autrichienne richissime, ayant su tirer profit du nazisme. Orgueilleux, cynique et charismatique, il ne fréquente que l’élite. Il jouit d’une popularité inquiétante, d’un pouvoir de séduction surnaturel qui ne laisse personne insensible, hormis sa jeune sœur qui, souffrant de cécité, restera la seule à l’aimer pour ce qu’il est réellement. Son don réside dans son apparence, qui prend les traits de l’objet de désir de celui qui le regarde. Adulé, vénéré, il pousse les êtres qui l’entourent aux pires exactions. Personne ne semble connaître son véritable visage, si tant est qu’il en ait un.

Relecture dans le cadre de la LC organisée par Lady K, dont vous pouvez retrouver l’avis ici.

La quatrième de couverture vous fait un portrait fidèle de Maximilian, Max pour les intimes et Maxou pour son insupportable et tout aussi cynique meilleur ami. Cavalier noir pour le reste du monde. Enfin lorsqu’ils seront au courant.

Première réaction : qu’est-ce que c’est bon d’être méchant ! Maximilian est un monstre. Mais un monstre plein d’humour. Il dit tout ce qui lui passe par la tête, et tout ce qui lui passe par la tête est blessant, anticonformiste, immoral. Et oui, je dis bien immoral, et non simplement amoral. Il dit ce que certains pensent mais n’exprimeraient jamais à voix haute, par autocensure, ou censure sociétale.

On suit l’évolution de ce personnage avec grand intérêt, occasionnellement mal à l’aise face à ses blagues déplacées mais toujours inconfortablement amusantes in contexto. Il découvre ses pouvoirs, son rôle. Et malgré la petite cuillère en argent reçue à la naissance, la vie n’est pas tendre avec lui… Il finit ainsi par paraître attachant malgré son côté cruel trublion. Ou est-ce à cause de ce trait de caractère ? Ces personnages profondément humains nous offrent des moments très émouvants qui m’ont fait monter une petite larme à l’œil.

A ce ton décapant et ces personnages attachants, il faut aussi ajouter une histoire sans temps mort, où l’action et les retournements de situation (toujours vers la pire issue possible, bien entendu) sont légion. Le pouvoir de Max est intéressant, même si peut être pas exploité comme il le mériterait. J’ai hâte de continuer ma relecture de la saga pour pouvoir, enfin, l’achever. 4 années après l’avoir entamée tout de même. La faute à cette atmosphère glauque et déprimante qui se dégage de chacun des tomes.

En bref : une bonne lecture, distrayante et qui à certains égards sort des sentiers battus de la fantasy. J’ai bien aimé le personnage de Max, et comme chaque fois j’ai été pris au piège de l’histoire d’Eli Esseriam. Vivement le prochain tome !

NB : série intégralement publiée, comprend actuellement 5 tomes. Les 4 premiers, détaillant les histoires de chacun des cavaliers peuvent se lire dans n’importe quel ordre.

Apocalypsis, c’est une saga dont j’avais entendu parler dès la sortie, avec des chroniques très enthousiastes (notamment une interview de l’auteur sur Bookenstock).

Publicités

4 commentaires sur “Apocalypsis Cavalier noir, par Eli Esseriam

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s