Cygne noir tome 1, de Richelle Mead

mead-richelle-cygne-noir-1

Parce qu’elle dispose de grands pouvoirs en la matière, Eugénie exerce un fructueux business en bannissant hors de notre monde les Faës et autres esprits qui s’y aventurent. Le jour où elle est embauchée pour retrouver une adolescente emmenée de force dans l’Outremonde, Eugénie se retrouve confrontée à une prophétie inquiétante qui met au jour certains secrets bien gardés de son passé comme de son futur. Cette dernière affirme que son premier né menacera l’avenir du monde tel qu’elle le connaît.

La chaman devient alors la cible de tous les démons. Eugénie a beau manier la baguette avec autant d’assurance que le Glock, il lui faut trouver des alliés pour mener à bien cette mission. Elle les trouvera en la personne d’un monarque Faë ayant un faible pour le bondage et un changeforme ravi de sa condition.

On rencontre Eugénie Markham aux prises avec une chaussure de sport hantée. Avec force jurons et au terme d’une bagarre brutale, elle réussit finalement à envoyer ad patres le kèr ayant eu le mauvais goût d’élire résidence dans une basket puante. Voilà une entrée en matière qui détonne.

Le reste du roman est de la même eau ; à grand renfort de situations cocasses et périlleuses, Eugénie nous présente son monde, et plus particulièrement son métier de chaman. Une occupation qui n’est pas de tout repos, surtout lorsque tout Outremonde décide de la violer pour engendrer l’enfant de la prophétie, celui qui permettra aux Faës de reconquérir la Terre.

C’est bien rythmé, c’est plein de révélations surprenantes. La description d’Outremonde m’a énormément plu ; j’ai trouvé que les Faës avaient ce mélange d’humanité et d’étrangeté propre à les rendre fascinants. J’ai énormément apprécié également les descriptions de paysages, tant ceux de la Terre que du monde des Faës. Le tout m’a fait penser à un mélange des sagas « Les sœurs de la Lune » de Yasmine Galenorn, et « Les Royaumes Invisibles » de Julie Kagawa, mais en bien, bien BIEN meilleur. J’y ai retrouvé tout ce qui faisait les (modestes) forces de ces sagas, sans tous leurs défauts.

Le seul bémol qui vient tempérer mon avis assez enthousiaste, et qui fait rater à ce livre une « mention coup de cœur », c’est la rapidité de l’histoire d’amour. Eugénie rencontre son cher et tendre, couche avec lui dans la foulée, et se sent immédiatement toute chose… Lui-même ne s’en sort pas mieux ; et les voilà bientôt convaincus d’être faits l’un pour l’autre au point de risquer leur vie pour protéger l’être aimé. Tout ça en moins d’un mois, puisqu’ils passent plusieurs jours sans se parler entre le moment de leur rencontre et le point culminant de leur histoire d’amour.

En bref : un excellent premier tome, avec une mythologie et un personnage principal qui promettent de grandes choses. Petit bémol pour l’intrigue sentimentale tellement rapide qu’elle en devient peu crédible.

Publicités

3 commentaires sur “Cygne noir tome 1, de Richelle Mead

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s