Le mardi sur son 31 #9

Le mardi sur son 31 est un rendez-vous initié par Sophie, sur son blog Les Bavardages de Sophie

Il s’agit de citer un passage de la page 31 du livre que l’on est en train de lire. Une bonne manière de présenter un livre…

Allende Isabel La Isla bajo el marCette semaine, je vous présente un extrait de L’Île sous la mer, d’Isabel Allende. C’est un livre que j’ai commencé pour améliorer mon espagnol, et je dois avouer que jusqu’ici, ça marche plutôt bien.

L’écriture est très riche, mais reste assez vive et expressive pour qu’on la comprenne, même lorsqu’il nous manque quelques mots de vocabulaire.

Il se trouve que la page 31 contient un passage très sensuel. Même si tout le livre n’est pas de cette eau-là, le style est très bien représenté par ces quelques lignes.

El huevo de paloma

Violette había aprendido a complacer a sus amigos en el tiempo estipulado sin dar la sensación de estar apurada. Tanta coquetería y burlona sumisión en aquel cuerpo de adolescente desarmó por completo a Relais. Ella desató lentamente la larga tela del turbante, que cayó con un tintineo de mostacillas en el suelo de madera, y sacudió la casada oscura de su melena sobre los hombros y la espalda. Sus movimientos eran lánguidos, sin ninguna afectación, con la frescura de una danza. Sus senos no habían alcanzado aún su tamaño definitivo et sus pezones levantaban la seda verde, como piedrecillas. Debajo de la túnica estaba desnuda. Relais admiró ese cuerpo de mulata, las piernas formes de tobillos finos, el trasero y los muslos gruesos, la cintura quebrada, los dedos elegantes, curvados hacia atrás, sin anillos. Su risa comenzaba con un ronroneo sordo en el vientre y se elevaba de a poco, cristalina, escandalosa, con la cabeza alzada, el cabello vivo y el cuello largo, palpitante.

La traduction maison (et pardonnez les éventuelles erreurs, je n’ai pas la prétention de maîtriser l’Espagnol aussi bien que l’Anglais) :

L’œuf de colombe

Violette avait appris à faire plaisir à ses amis dans le temps imparti, sans donner la sensation d’être pressée. Tant de coquetterie et de soumission moqueuse dans ce corps d’adolescente désarmait complètement Relais. Elle détacha lentement le large tissu du turban, qui tomba avec un tintement de perles sur le sol de bois, et secoua la cascade sombre de sa chevelure sur les épaules et le dos. Ses mouvements étaient languides, sans aucune affectation, avec la fraîcheur d’une danse. Ses seins n’avaient pas encore atteint leur taille définitive et ses mamelons soulevaient la soie verte, comme des cailloux. Sous la tunique, elle était nue. Relais admira ce corps de mulâtre, les jambes formées de chevilles fines, le derrière et les cuisses épais, la taille marquée, les doigts élégants, courbés vers l’arrière, sans anneaux. Son rire commençait avec un ronronnement sourd dans le ventre et s’élevait petit à petit, cristallin, scandaleux, avec la tête renversée, le cheveu vif et le cou large, palpitant.

Cet extrait reflète la richesse des descriptions que j’apprécie énormément, car elles sont harmonieuses et ne deviennent jamais lourdingues. Je déguste ce livre par petits morceaux. Chacun des tableaux me laisse une forte impression, et les personnages sont admirablement campés. Un petit coup de cœur en préparation…

Publicités

2 commentaires sur “Le mardi sur son 31 #9

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s