Cinder, par Marissa Meyer

Meyer Marissa Cinder 1

A New Beijing, Cinder est une cyborg. Autant dire une paria. Elle partage sa vie entre l’atelier où elle répare des robots et sa famille adoptive. A seize ans, la jeune fille a pour seul horizon les tâches plus ou moins dégradantes qu’elle doit accomplir pour ses sœurs et sa marâtre.
Mais le jour où le prince Kai lui apporte son robot de compagnie – son seul ami -, le destin de Cinder prend un tour inattendu. La forte attirance qu’éprouvent le beau prince et la jeune cyborg n’a aucune chance de s’épanouir, surtout que le royaume est menacé par la terrible reine de la Lune !

Débute alors pour Cinder une aventure incroyable, où elle découvrira que le sort de l’humanité est peut-être entre ses mains.

Cinder est une adolescente attachante ; avec tous les malheurs qu’elle vit, on ne peut que la prendre en pitié. En y réfléchissant, c’est presque excessif, mais cela ne m’avait pas choquée lors de ma lecture.

Le monde créé est divertissant ; les descriptions de la nouvelle Beijing futuristes créent un paysage coloré, bien qu’assez peu original. Il suffit de regarder le premier film de science-fiction venu pour retrouver les éléments décrits (je renvoie par exemple à l’excellent Minority Report, de Steven Spielberg).

Non, l’originalité réside surtout dans la création des cyborgs et de leur statut, mi humain, mi robot. Ils inspirent la crainte et le dégoût à tous ceux qui les entourent, qui ne savent quelle part d’humanité et de sentiments leur attribuer.

Il faut aussi citer le peuple lunaire et sa reine cruelle, manipulatrice, qui ne vise qu’à déclencher une guerre entre la Terre et son satellite, pour des raisons qui restent très floues. Quoi qu’il en soit, sa présence donne une raison d’être à l’histoire, un complot contre lequel les autres personnages doivent lutter. C’est leur quête, leur mission à accomplir.

Les péripéties sont très divertissantes, même si je dois avouer que j’avais vu venir la plupart des grosses révélations de la fin du livre. La petite touche de romance, quoiqu’assez peu originale, ajoute une douceur bienvenue à ce monde technologique ultra sophistiqué.

En bref : une très bonne lecture, rapide, divertissante. Le monde est intrigant, les personnages sympathiques quoiqu’un peu plats, et les développements de l’histoire promettent un beau suspense. Je lirai sans hésitation le second tome, dès que j’aurai pu mettre la main dessus.

Publicités

10 commentaires sur “Cinder, par Marissa Meyer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s