Hush, hush par Becca Fitzpatrick

Fitzpatrick Becca Hush hush 1

L’amour ne faisait pas partie des plans de Nora Grey. Elle n’avait jamais été particulièrement attirée par les garçons de son école, même si sa meilleure amie, Vee, faisait tout pour ça. Mais ça, c’était avant l’arrivée de Patch.

Avec son sourire et ses yeux qui semblent voir à l’intérieur d’elle-même, Nora est attirée vers lui malgré elle. Mais après une série de rencontres effrayantes, Nora ne sait plus en qui avoir confiance. Patch apparaît partout où elle est et semble en savoir plus sur elle que ses meilleurs amis. Elle ne sait trop si elle doit lui tomber dans les bras ou s’enfuir. Et quand elle décide de chercher des réponses, elle entrevoit une vérité plus troublante encore.

Lorsque j’ai vu ce livre à la bibliothèque, il m’a semblé qu’il était dans ma wish-list (le synopsis et la couverture avaient l’air particulièrement alléchant)… Finalement, il s’est avéré que non, et en y réfléchissant, je crois que les avis que j’avais lu dessus avaient un peu douché mon enthousiasme… Non sans raison.

Le début laissait pourtant envisager une lecture très agréable, malgré de trop nombreuses similitudes avec Twilight (Patch et Nora se rencontrent en cours de science… En fait, la différence majeure, c’est qu’au lieu d’espionner l’esprit des autres, Patch parle à celui de Nora pendant le cours d’EPS)…

Et puis… J’ai pris les personnages en horreur. Tous les personnages : Nora, Patch, et Vee, sans oublier Elliot.

  1. D’abord Nora, que j’ai trouvée d’une bêtise abominable. Elle a peur d’un type, mais se jette dans ses bras !? Ce comportement ne dénote-t-il pas l’absence du discernement le plus élémentaire ?
  2. Ensuite Patch, beau Don Juan ténébreux, séducteur. Mais je jure que si un garçon m’avait parlé comme il le fait à Nora, je lui aurais mis ma main dans le coin de la figure. Et sans douceur. C’est un macho désagréable, même s’il faut reconnaître qu’il s’améliore un peu à la fin du roman.
  3. Dans la distribution des prunes, c’est maintenant au tour de Vee de s’en prendre plein la tronche. Je dois dire que j’ai trouvé cette fille complètement superficielle. Une vraie dinde décérébrée.
  4. Enfin en ce qui concerne Elliot… C’est le seul qui trouve un peu grâce à mes yeux : un brave type, embarqué par malchance (et aussi par bêtise, il faut le dire) dans toute cette histoire…

Décidément la bêtise est réellement le trait de caractère le plus répandu du roman… Dommage.

D’autant plus dommage que ces personnages agaçants gâchent toutes les promesses de la mythologie. Elle avait pourtant l’air réellement fascinante, et avait de quoi rattraper tout ce gaspillage. Malheureusement, on n’apprend pas énormément de choses sur le sujet dans ce premier tome. Je suis restée sur ma faim. Alors qu’avec les anges, il y avait vraiment de quoi faire ! C’est terriblement frustrant.

Finalement, tout ce qui sauve ce livre, c’est l’histoire d’amour. Hautement improbable, je sais, mais mon côté fleur bleue a adoré la relation qui se noue entre Patch et Nora, pleine de peur, mais aussi de tendresse. Et donc juste pour ça, je pense que je vais laisser sa chance au tome suivant…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s